Notre histoire

Qui sommes nous?

Comment est née l’idée des bluettes ?

 

L’histoire des bluettes est une très très longue histoire….

 

Je ne sais plus très bien à quand remonte cette histoire, je dirai des temps anciens mais pas complètement révolus. Peut-être quand ma grand-mère adorée m’a appris à tricoter du point mousse et que ma première réalisation fut une écharpe à trous en « plein et en délié ». Une sorte de serpillière adepte des montagnes russes. Je ne sais pas si elle eut grand espoir qu’un jour je puisse tricoter du jacquard ou des torsades. En parallèle, mon jeune âge m’avait poussé à devenir un peu hippie, à attraper des convictions qui collent à la peau et j’ai donc orienté mes études de droit, jusque là un peu menées sans but et sans grand engouement, vers la matière environnementale. J’ai commencé à m’investir dans le milieu associatif et à affiner ma connaissance de la nature et des enjeux internationaux. Je suis devenue plus combative, plus engagée, toujours à la recherche d’un sens à donner à ma vie, à mes actes.

 

Un jour, j’ai récupéré la machine à coudre de ma toujours admirable mamie qui ne s’en servait plus, j’ai eu envie de coudre, d’être à la hauteur de cette sacrée bestiole qui lui avait coûté à l’époque 2 mois de salaire! J’ai beaucoup bidouillé, « faire et défaire » disait-elle « c’est toujours travailler »….Ma mamie s’en est allée emportée par cette vilaine chose qui vous vole vos souvenirs mais pas votre dignité. Ce fut dur, ça l’est toujours. Je me suis améliorée, j’ai déménagé à la campagne avec chat et homme et je me suis remis au tricot au coin du feu lors des longues et froides soirées d’hiver. J’ai progressé, j’ai essayé, je me suis équipée et j’ai commencé à réaliser des créations pour la famille, les amis. J’étais fière de leur faire plaisir.

 

J’ai amélioré mes finitions et j’ai commencé à m’interroger sur la qualité des matières que j’utilisais. Pourquoi ne pas allier création et souci écologique? J’ai opté pour les tissus bio, les laines naturelles qui hument bon le mouton. Je travaillais toujours dans une association à vocation environnementale mais je ne faisais pas exactement ce que je voulais, je cherchais toujours ce fichu chemin. J’avais des désir de liberté et l’envie de mener mon travail comme je l’entendais, de faire bouger les choses vraiment.

 

Et puis, il m’est arrivé la chose la plus géniale, la plus extraordinaire que j’ai pu vivre : je suis tombée enceinte et j’ai donné naissance à mon fils ! Ce fut le chamboulement de ma vie, j’ai ressenti le besoin viscéral de m’occuper de lui. J’ai quitté mon travail et me suis consacrée à bébé. L’envie d’allier famille et travail m’a amenée à vouloir vendre mes propres créations. Encouragée par mes proches, j’ai crée ma marque : Les bluettes, elle me ressemble : joyeuse, engagée et addict à la couleur bleu.

 

Au fur et à mesure le projet a évolué, j’ai fait des belles rencontres et j’ai eu envie de nouer des partenariats avec des créateurs de talent, de leur soumettre des projets inédits et un peu fous. De sortir de la standardisation et de proposer des produits alliant éthique et plaisir. Créer et garder bébé fut difficilement conciliable, j’ai choisi ma priorité et me suis concentrée sur la vente des créations des autres, ces autres que j’admire et que je promeus.

 

Petit à petit, Les bluettes trouve son identité, tout n’est pas aussi parfait ou irréprochable que je le souhaiterais. Mais pour moi la vie est un grand cheminement et je vais d’étape en étape en profitant de tous les petits riens et les émerveillements que me procurent mon statut de maman working girl. Encore aujourd’hui, je pense presque tous les jours à ma grand mère, à sa sagesse et sa bienveillance envers son prochain, je m’en inspire pour avancer et j’espère qu’elle aime ce que j’entreprends. Je sais qu’elle était pudique et qu’elle ne voudrait pas que j’en dise plus, ni son nom, ni sa photo, elle préférerait que je parle de moi plutôt que de notre relation unique. Alors aujourd’hui, ce projet c’est le mien, c’est celui que je veux sculpter pour me sentir vraiment utile et accomplie et c’est grâce à deux autres formidables mamies, celles de mon fils qui le gardent avec amour et attention, que je trouve le temps de le développer.

 

Bien à vous,

 

Caroline

Portrait de Caroline créatrice des bluettes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pin It on Pinterest

Share This